La PACES, une année courte et longue à la fois

Un élève en classe préparatoire aux grandes écoles, lorsqu’il démarre, a devant lui au minimum deux années très difficiles « de bagne » avant son éventuelle libération le jour où il obtiendra le concours à la grande école qu’il souhaite. Ses semaines seront rythmées par quarante heures de cours obligatoires, cours d’un niveau de réflexion très important, et pour réussir il devra passer ses soirées à travailler très tard, ainsi que ses week-ends.

Il sera cependant dans une configuration différente d’un étudiant en PACES car il appartiendra à une classe d’une quarantaine d’élèves, dans un lycée, sera très encadré et aura un minimum de vie sociale et amicale. Il aura régulièrement des contrôles continus qui lui permettront de se situer par rapport aux autres. Son concours n’aura lieu qu’au bout de deux années de travail, et ces années passées lui permettront d’acquérir une certaine maturité par rapport à ses années de lycée. S’il est très doué dans les matières scientifiques, ses capacités lui éviteront des longues heures de travail pour essayer de comprendre tel ou tel concept, ce qui lui permettra de passer ces deux années difficiles plus sereinement.

Un étudiant en PACES sera quant à lui dans une formation universitaire. Il sera un étudiant parmi plusieurs centaines voire plusieurs milliers d’étudiant inscrits dans sa promotion et il ne sera pas

obligé d’aller en cours. S’il est inscrit au tutorat ou à une prépa privée, il aura environ deux colles d’une heure par semaine, et un ou deux concours blancs par semestre.

Quatre mois à peine après le démarrage de sa vie étudiante il devra passer la première partie de son concours, et une contreperformance dès cette première échéance aura pour conséquence un échec de sa première année.

S’il réussit dès sa première année, son année de préparation n’aura duré que huit mois, ce qui est relativement court par rapport à d’autres préparations aux concours. Cependant, même s’il est doté d’une intelligence supérieure à la moyenne, il ne pourra pas s’éviter de longues heures de révision pour apprendre par cœur toutes les notions à ingurgiter dans un minimum de temps.

La plupart des étudiants suivant l’une ou l’autre de ces deux cursus de préparation aux concours, en particulier les mentions Très bien et Bien au baccalauréat S, ont le potentiel pour réussir dans chacune d’elle. Mais on s’aperçoit qu’un étudiant en PACES est très rapidement dans l’urgence du concours, et qu’il ne peut pas se permettre de prendre son temps.