Réforme de la PACES à la rentrée 2020

La suppression du numerus sera actée par le projet de loi « Ma santé 2022 » dès septembre 2020. Courant 2019 des décrets définiront les modes de sélection des 3 années de licence et modifieront la maquette du 1er cycle, pour une intégration à Parcoursup en octobre.

Les matières techniques en PACES : UE1, UE3 et UE4

Le programme de la PACES comporte 70 % de matières à apprendre par cœur et 30 % d’UEs « techniques ». Ces matières sont la chimie (UE1), la physique (UE3), et les mathématiques (UE4).

La majeure partie de ces UEs techniques sont enseignées dès le premier semestre, et elles peuvent poser des problèmes aux primants s’ils n’y sont pas préparés.

Quel est leur degré de difficulté ?

Les exercices auxquels sont confrontés les étudiants dans ces UEs sont d’un niveau de terminale S et ils ne sont donc pas insurmontables pour de bons lycéens. Ils sont en général moins difficiles que dans une préparation aux grandes écoles ou une licence scientifique.

Cependant les épreuves de la PACES sont sous forme de QCMs et le temps disponible le jour du concours pour y répondre ne dépasse généralement pas une minute trente.

Les questions posées comportent souvent des pièges et la moindre nuance de formulation peut induire en erreur. Bien comprendre les concepts scientifiques enseignés afin de pouvoir les appliquer dans des situations différentes est indispensable.

L’étudiant doit maîtriser ces matières et acquérir des automatismes en amont pour pouvoir résoudre rapidement les QCMs proposés, sans réfléchir outre mesure le jour du concours.

Pourquoi ces UEs sont-elles si importantes ?

La quantité d’informations à apprendre par cœur est considérable dans les autres UEs. Les étudiants de PACES n’ont donc pas le temps de creuser ces trois matières techniques et acquérir la maitrise nécessaire pour répondre correctement à un maximum de QCMs.

Pour cette raison, ces UEs sont en général celles qui départagent les concurrents le jour du concours.

Dans les autres UEs dites « par cœur », les étudiants classés jusqu’à deux fois le numérus clausus obtiennent généralement des résultats très proches. Ces UEs ne permettent donc pas de prendre un avantage. Les redoublants d’ailleurs n’ont que peu d’avance sur les primants dans ces matières, car ils ont en général oublié ce qu’ils avaient appris l’année précédente.

En PACES, avoir des supports de cours détaillés est très important

Les cours de la PACES sont en général très denses, avec beaucoup de schémas. Rédiger un support manuellement en amphithéâtre tout en écoutant les explications du professeur est quasiment impossible.

Certains étudiants s’évertuent à les retranscrire eux-mêmes en les visionnant à plusieurs reprises. Mais en moyenne, un enseignement de trois heures nécessite de trois à cinq heures supplémentaires. Cette période passée pour rédiger ces documents de travail est une perte de temps considérable.

Pour soulager leurs clients, les prépas privées payent chaque année des étudiants de deuxième ou troisième année pour suivre les cours et écrire les supports correspondants. Tous les tutorats ne proposent pas ce service.
Mais cela comporte plusieurs inconvénients

Les loisirs et les sorties en PACES

Tout étudiant se demande quelle place il peut accorder aux loisirs et aux sorties pendant cette année de travail intensif.

Ce n’est pas normal qu’un jeune de dix-huit ans n’ait pas de divertissement et ne sorte pas avec ses amis. Mais la PACES n’est pas non plus une année « normale ». Un étudiant motivé pour la réussir doit donc accepter d’avoir une vie différente pendant cette année-là.

Toute activité annexe, sauf pendant la période de Noël entre les deux semestres, va lui faire perdre du temps d’apprentissage.

Une sortie tard le soir aura pour conséquence une fatigue le lendemain qui l’empêchera de réviser efficacement. Un repas avec des amis va le disperser et le déprimer, car il se rendra compte que sa vie est entre parenthèses pendant cette période. Cependant, il ne pourra pas limiter ses activités à travailler et dormir pendant huit mois. Il sera en mesure de tenir ce rythme une ou deux semaines, mais la dépression peut survenir très rapidement.

Pourquoi la PACES est-elle plus difficile qu’une préparation aux grandes écoles

La plupart des étudiants suivant l’une ou l’autre de ces deux formations, en particulier les meilleurs lycéens de terminale S, ont le potentiel pour réussir dans chacune d’elle.

Mais la différence majeure est qu’un étudiant en PACES est très rapidement dans l’urgence du concours et il doit donc constamment éviter de gaspiller son capital temps s’il veut avoir une chance de réussir.

Pour pouvoir économiser ce capital, il va devoir s’infliger un isolement social important qu’il ne pourra peut-être pas endurer psychologiquement.

Un étudiant en PACES doit savoir déléguer quand il ne comprend pas

Parfois, l’étudiant va être confronté à une question à laquelle il ne répondra pas correctement. Et dans certains cas, il ne comprendra pas pourquoi telle proposition est la bonne et pas une autre, bien qu’il ait relu son cours.

La raison de cette incompréhension pourra être tout simplement parce que le corrigé est faux. En effet, les corrections données par le tutorat, les prépas privées et même les livres proposant des séries de QCMs ne sont pas exemptes d’erreurs.

Mais le plus souvent, ce sera parce qu’il n’a pas compris suffisamment toutes les subtilités de son cours, ou que celui-ci n’est pas assez détaillé et précis.

Peut-il en rester là ?

Il lui faudra à tout prix comprendre, car une question similaire pourra tomber le jour du concours et ce sont souvent ces QCMs les plus difficiles qui vont départager les concurrents.

Cependant, approfondir un point spécifique du cours n’est pas un luxe qu’un étudiant en PACES peut se permettre, car cela peut lui faire perdre rapidement plusieurs heures.

Il va donc devoir s’appuyer sur quelqu’un pour effectuer ce travail. Ce peut être un professeur particulier, un enseignant de l’université, ou bien les forums en ligne.

L’objectif d’un étudiant de PACES n’est pas de prouver sa capacité à être autonome. Son but est d’apprendre le plus de choses afin de répondre correctement à un maximum de QCMs et être classé devant les autres le jour du concours.

Pourquoi beaucoup de primants échouent à la PACES

Une des difficultés de cette formation est que quatre mois à peine après la rentrée, la première partie du concours va déjà sélectionner les étudiants. Ne pas réussir haut la main cette première étape, qui compte pour près de la moitié de la note finale, signifiera un échec pour l’année entière.

La majorité des primants échouent à cette première échéance. Ils n’ont pas encore pris à ce moment-là la mesure de l’obstacle à franchir.

Pour cette raison, un redoublant a beaucoup plus de chances de réussir le concours, car il a déjà acquis tous les automatismes nécessaires pour déjouer les pièges de cette année difficile.

Pour ne pas gaspiller votre première cartouche, vous devez donc être bien informé et bien préparé dès le premier jour.