Comment apprendre ses cours en PACES ?

Les UEs à apprendre par cœur

Une condition nécessaire pour réussir la PACES est de savoir sur le bout des doigts les cours des UEs dites « par cœur ».

La majeure partie de l’UE2 qui traite de la cellule et des tissus, et l’UE5 qui concerne l’anatomie humaine en sont deux exemples.

Pourquoi ces matières sont-elles difficiles à retenir

Ces matières comportent une quantité très importante de notions médicales à connaître qui sont la plupart du temps indépendantes les unes par rapport aux autres. La compréhension de certains concepts ne permet pas, comme en mathématiques ou en physique, de mieux les retenir.

Un objet composé de quatre pieds et d’une planche, sur lequel on peut manger, s’appelle une table. C’est ainsi, et la façon dont cette table a été fabriquée, inventée, et son utilité pratique ne permettent pas de savoir que cet objet se nomme « table ».

Pour préparer ces UEs, un étudiant en PACES va devoir apprendre par cœur des centaines de notions médicales qu’il va devoir mémoriser sans pour autant en comprendre l’utilité ou l’origine.

Prenons l’exemple de l’extrait de cours ci-dessous :

Il existe 2 types de cellules qui diffèrent par leur organisation et leur fonction :

·         Les cellules eucaryotes : par exemple, une amibe et un chat sont 2 cellules constituées par des cellules eucaryotes, mais observables dans leur ensemble à des échelles différentes : micrométrique pour l’amibe et décimétrique pour le chat

·         Les cellules procaryotes…

Dans cet extrait de cours, on apprend que deux types de cellules existent, qu’elles sont appelées les cellules eucaryotes et les cellules procaryotes, et qu’elles diffèrent par leur organisation et leur fonction. Ces caractéristiques ne peuvent pas se déduire de ce que l’étudiant sait déjà, et il doit les apprendre par cœur.

Une façon de travailler ces matières est de revoir son support immédiatement après avoir assisté au cours. Cela permet d’en mémoriser le maximum tant que c’est encore frais à l’esprit. À la fin de cette relecture, le contenu lui semblera clair et appris.

Malheureusement, quelques jours plus tard, les nombreux autres enseignements auxquels il aura assisté entre-temps auront effacé une grande partie de ce qu’il pensait avoir définitivement mémorisé jusqu’au concours.

Les noms très techniques des termes médicaux, et l’impossibilité de se construire des chemins mnémotechniques accentueront ce problème.

La méthode adoptée par Louise

Avec le recul d’une année de PACES, la seule façon de mémoriser ces cours est de les revoir un maximum de fois pendant le semestre.

Et il faut faire en sorte que la dernière relecture ne soit pas trop éloignée du jour de l’épreuve, car ces notions sont difficiles à retenir sur le long terme. Un chapitre connu sur le bout des doigts à un moment donné sera oublié un mois après et l’étudiant ne sera plus en mesure de répondre efficacement aux différents QCMs.

La fréquence de ces relectures sera en fonction du temps dont vous disposerez, sachant que vous aurez beaucoup de cours à réviser.

Pourquoi ne pas faire plutôt des QCMs ?

Une autre façon d’aborder ces UEs est de ne pas trop s’attarder sur le cours, mais de faire un maximum d’annales.

Nous pensions au début de l’année que travailler initialement sur des QCMs permettrait de mieux mémoriser les termes médicaux. Nous supposions que de cette manière, Louise arriverait rapidement en à retenir la quasi-totalité.

Mais avec le recul, cette façon de faire n’est pas efficace. Le nombre d’informations est trop important et répondre à une question pour assimiler une notion particulière parmi des centaines est trop chronophage, pour une mémorisation à moyen terme quasiment équivalente. Cette méthode est cependant celle à appliquer pour les matières techniques.

Conclusion

Pour réussir le concours de la PACES, avoir une note minimum de treize à ces épreuves est indispensable, car elles ont un coefficient important par rapport à d’autres UEs.

Obtenir une telle note demande un travail considérable qui va occuper 70 % du temps de l’étudiant, car il va devoir relire plusieurs fois des dizaines de cours tout au long de chaque semestre.

Cependant, ces épreuves départagent le moins au concours. Elles ne nécessitent pas une capacité de réflexion trop importante, et ce sont les matières les plus révisées.

Un travail intense de ces cours est donc obligatoire, mais non suffisant pour réussir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *