La préparation aux QCMs en PACES

À l’exception d’une demi-épreuve rédactionnelle en UE7, l’intégralité du concours de la PACES est sous forme de QCMs (Questionnaire à Choix Multiple).

Pourquoi des QCMs ?

On peut se demander pourquoi les universités privilégient ce système d’évaluation, mais la réponse est simple.

La PACES est le passage quasi obligé si l’on veut exercer un métier de médecin, dentiste, pharmacien, kinésithérapeute ou sage-femme. Et ces métiers attirent de nombreux lycéens.

Les établissements ne sont pas autorisés à sélectionner à l’entrée de cette formation. Elles doivent donc faire face à des promotions comportant parfois plusieurs milliers de postulants. Et ces milliers d’étudiants passeront le concours, et des milliers de copies devront être notées très rapidement chaque semestre.

Les enseignants en PACES sont souvent des professionnels de santé exerçant à l’hôpital en plus de leur métier d’enseignant et de chercheur. Ils n’ont donc pas la disponibilité nécessaire pour traiter plusieurs centaines de copies deux fois par an.

La seule solution trouvée pour faire face à ce problème est d’organiser les épreuves sous forme de QCMs, car des machines à lecteur optique peuvent les corriger automatiquement. Cette méthode permet de réduire le temps nécessaire tout en limitant les risques d’erreurs d’une notation manuelle.

Comment s’entrainer au QCMs dès le Lycée

S’exercer à répondre efficacement à un QCM est important pour réussir la PACES. Un lycéen doit donc commencer à acquérir des automatismes pour bien lire et analyser rapidement les énoncés.

Une solution simple existe : les tests évaluant le quotient intellectuel (QI), qui sont composés de séries de QCMs et ne requièrent pas de savoir particulier.

Ils comportent des exercices de compréhension orale, de calcul mental et de représentation dans l’espace qui sont autant de compétences qui seront nécessaires le jour du concours.

Une bonne compréhension orale est indispensable, car les enseignants aiment les rédiger d’une manière ambiguë, afin de départager les étudiants.

Être performant en calcul mental est également primordial. Certains exercices demandent d’estimer un résultat à partir de formules mathématiques relativement complexes, et la calculatrice est interdite pendant le concours.

Et enfin, avoir une bonne représentation dans l’espace est utile pour réussir l’épreuve d’anatomie, car les questions portent souvent sur la disposition de tel ou tel organe par rapport à un autre dans le corps humain.

Si le lycéen maîtrise déjà les concepts scientifiques correspondants, il peut également s’exercer sur des annales de PACES des UEs techniques. Ce n’est en revanche pas envisageable pour les autres matières, car cela exige trop de connaissances médicales.

Conclusion

Se préparer dès le lycée est rarement conseillé lorsque l’on se renseigne sur ces études. Mais c’est pourtant le principal moyen d’obtenir un avantage significatif sur les autres.

La PACES est une année très courte pendant laquelle l’étudiant aura des difficultés à maîtriser et retenir toutes les informations nécessaires.

Se préparer en amont est une façon d’aborder ces études avec un temps d’avance, et cet avantage pourra être significatif le jour du concours.

Si le lycéen a anticipé, il peut démarrer son année en maîtrisant les UEs techniques et l’UE7. Il peut alors se concentrer exclusivement sur les autres matières qui nécessitent à elles seules un travail considérable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *