Les études après la PACES 

Deux premières années plutôt agréables

Un étudiant qui réussit le concours de médecine de la PACES va directement en deuxième année l’année suivante.

Pendant les deux premières années, les cours vont être essentiellement théoriques et une moyenne de dix suffira.

Cette première phase est la plus facile. C’est la seule période pendant laquelle les futurs médecins pourront avoir une existence normale, avec les sorties et les activités que l’on prête souvent à la vie étudiante.

L’externat, la PACES en pire !

C’est à partir de la quatrième année que les choses vont être très compliquées.

Ce cycle, nommé « l’externat », dure trois années et se conclut par le concours très difficile de l’internat. En fonction de son classement à ce concours, chaque étudiant pourra choisir la future spécialité médicale qu’il exercera ensuite.

Ce cursus comprend plusieurs stages dans différents services hospitaliers qui occuperont la moitié de son temps. Certains de ces stages seront intéressants, d’autres se limiteront à faire des taches de secrétariat.

Pendant cette période, il effectue de nombreuses gardes les nuits, les dimanches et les jours fériés. Ces gardes sont payées environ cinquante euros et durent de 12 à 24 heures.

Le concours de l’internat

En parallèle, il devra préparer d’arrache-pied le concours de l’internat.

Les spécialités médicales les plus prisées par les externes sont en général l’ophtalmologie, la radiologie et la cardiologie, qui sont parmi les professions les mieux rémunérées. Seuls les meilleurs peuvent espérer les obtenir.

Les moins attractives sont la médecine du travail, la biologie médicale, la santé publique et la psychiatrie.

La moitié des postes sont en médecine générale. Dans les autres métiers, quelques places uniquement sont proposées dans chaque région. Un étudiant en médecine devra donc souvent se délocaliser s’il a la chance d’obtenir une spécialité très demandée.

Beaucoup d’étudiants abandonnent pendant l’externat

Cette période de l’externat est la plus difficile. Le futur médecin est très peu rémunéré et il doit parfois assumer un travail à côté pour financer ses études.

Le rythme est épuisant, entre ses cours, ses stages à l’hôpital et la préparation du concours de l’internat. Il doit à nouveau, comme durant son année de PACES, mettre sa vie personnelle entre parenthèses.

60 % des étudiants en médecine pensent un jour ou l’autre à abandonner, et près de 20 % jettent l’éponge réellement, en particulier pendant leur externat.

L’internat est-il plus facile ?

Le cycle suivant dure de trois à six ans, en fonction de la spécialité.

Durant son internat, l’étudiant sera rémunéré entre 1500 et 2500 euros bruts. Il n’aura plus que quelques cours théoriques et il passera l’essentiel de son temps dans différents services des hôpitaux publics et privés où il travaillera au minimum 48 heures par semaine.

Cette période est également très difficile. Les gardes sont nombreuses et le niveau de responsabilité peut être élevé pour des personnes n’ayant pas encore terminé leurs études.

Les restrictions budgétaires ont accentué le mal-être des soignants, et cela se répercute sur les externes et surtout les internes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *