Les loisirs et des sorties en PACES

Tout étudiant se demande quelle place il peut accorder aux loisirs et aux sorties pendant cette année de travail intensif.

Ce n’est pas normal qu’un jeune de dix-huit ans n’ait pas de divertissement et ne sorte pas avec ses amis. Mais la PACES n’est pas non plus une année « normale ». Un étudiant motivé pour la réussir doit donc accepter d’avoir une vie différente pendant cette année-là.

Toute activité annexe, sauf pendant la période de Noël entre les deux semestres, va lui faire perdre du temps d’apprentissage.

Une sortie tard le soir aura pour conséquence une fatigue le lendemain qui l’empêchera de réviser efficacement. Un repas avec des amis va le disperser et le déprimer, car il se rendra compte que sa vie est entre parenthèses pendant cette période.

Cependant, il ne pourra pas limiter ses activités à travailler et dormir pendant huit mois. Il sera en mesure de tenir ce rythme une ou deux semaines, mais la dépression peut survenir très rapidement.

Beaucoup d’étudiants sont pleins de bonnes intentions début septembre, motivés à rester dans leur bulle de travail pendant les huit mois que dure la PACES. Mais ils s’aperçoivent vite qu’ils ne vont pas pouvoir tenir.

Quelles sont les activités compatibles ?

Le sport et quelques bonnes séries ont aidé Louise à s’accrocher. Ces activités, bien que solitaires, lui ont permis de décompresser régulièrement.

Lorsqu’elle travaillait de longues heures d’affilée, elle avait à l’esprit qu’en fin de journée elle pourrait se détendre en regardant tel ou tel film, ce qui devenait pour elle la récompense de ses efforts.

Faire du sport a compensé la sédentarité que lui imposait son année d’apprentissage.

Ces quelques activités très limitées avaient l’avantage de la relaxer tout en évitant de trop la disperser et de lui donner envie de faire autre chose que travailler.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *